Alban JAMESSE

Alban JAMESSE
Responsable E-commerce

#ecommerce, #internet &Co

   

Tombé dans le commerce tout petit, puis dans l'internet un peu plus grand;
Je fais du e-commerce activement depuis trop longtemps.

Écoutez moi tous les matins sur Goood Morning Web

Contactez moi  
+33(0) 687.007.697


Votre message a bien été envoyé.

Votre message N'A PAS été envoyé.
Un problème est survenu. N'hesitez pas à me contacter par un autre moyen.

#Changeons le monde

Les algo c’est le mal

Les algo c’est le mal

Hier soir j’ai fait un test tout aussi EFFARANT qu’EFFRAYANT.

Mais vraiment.

Dans « mes » recherches Twitter, « mes » tendances ne sont pas personnalisées = pas gérée par un algo, juste des tendances en données bruts.

Hier soir, c’était 100% foot.

Je me suis dit, tient je vais personnaliser « mon flux tendance ».

Après 15 ans de Twitter, ils doivent bien me connaitre, il y a du bon là-dedans.

Je suis rentré dans un autre monde.
Mais pas un monde révé, plutôt genre dystopie.
Alors que ces derniers jours, c’est pas la fête non plus IRL.

J’ai eu le droit à des tendances « politiques » à couper le souffle tant elles étaient claquées.
Je préfère même pas en parler, tellement elles étaient à gerber.

J’ai été mis en face de comptes qui surfent sur ces tendances malsaines (j’ai retrouvé les mêmes comptes sur toutes les tendances) avec tous environs au minimum 10k abonnés.
Plus de 100k pour certains.

Des comptes qui sont tellement WTF que c’est impossible que ce soit autre chose que des comptes de manipulation.

Je suis aussi tombé sur d’autres comptes avec 28 abonnés qui lancent des sondages qui ont plus de 1000 réponses en 20mn !!
Alors que toi et moi quand on lance un sondage on a 10 réponses… en 48h.

J’ai été dans ce monde parallèle pendant quelques minutes.
Dans ce monde encore plus pété que notre monde ces 2 dernières années.
Mais ça m’a suffi. Un vrai cauchemar.

Et j’ai compris.

J’ai compris ce que voyaient « les gens normaux » sur Twitter et la raison pour laquelle ils ne tiennent que 10mn sur ce réseau social.

Pourtant, sans algo, « mon » Twitter est sympa.
Hyper sympa même.

Et je suis arrivé à la conclusion que putain les algo c’est LE MAL.

Il faut légiférer là-dessus.
Et pourtant je ne suis pas le genre de gars à demander une législation pour un oui ou pour un non.

Je pense que si Parag Agrawal (le remplaçant de Jack à la tête de Twitter) désactivait les algo de recommandation du réseau, il serait en lice pour obtenir un prix Nobel de la paix (même si les algo à base d’AI, c’est un petit peu son bébé sur Twitter).

Mais là où ça me fait le plus mal, c’est que je possède des actions de cette boite.

Chatbot – chiche ?

Chatbot – chiche ?

Dans la newsletter Petit Web de lundi, j’ai été interpellé par ce passage.

C’est vrai, qu’aujourd’hui pour gérer un chatbot grand public il faut passer Facebook : Messenger ou WhatsApp.
Si vous avez de la chance avec votre cible, vous pouvez gérer ça sur Discord ou sur Telegram. Mais on n’a pas tous la chance d’avoir un public qui s’y prête.

Mais dans les faits c’est du pareil au même, vous faites votre nid dans le jardin d’un autre.
Les risques :

L’exemple qui m’avait rendu malade il y a quelques années, c’était le pivot de JAM qui passait du SMS à Messenger.

Les opérateurs téléphoniques ne sont pas étrangers à cet état de fait et se sont fait balayer copieusement.
Les opérateurs téléphoniques ne proposent que des solutions de chat pour entreprises par SMS.

Vous voulez offrir un service riche, avec l’envoie de photo bidirectionnelle (votre client vous envoie une photo, vous lui répondez en photo) pour ne parler que de ça ?

Circulez, il n’y a rien à voir.
« Notre service ne gère pas les MMS ».
Pas une seule offre.

À la fin, c’est malheureux à dire, mais on est obligé de passer par Facebook.

 

Libra, la « non monnaie » pour fluidifier le monde

Libra, la « non monnaie » pour fluidifier le monde

Bon je dis « non monnaie », mais sur leur site, ils ne parlent que de monnaie, mais passons, je dois être trop formaté dans une vision centrée sur les banques centrales.

Je trouve que le traitement de l’information et les discussions qui en suivent, sont en deçà de ce qu’on pourrait attendre d’une information si importante.

C’est une entreprise qui va lancer une monnaie mondiale.

On pourrait sourire, Swatch, il y a 20 en en 98, avait créé son propre outil de mesure du temps, le Swatch .beat, pour remplacer l’heure.
Leur erreur avait, je pense, été de mettre le nom de leur marque dans le concept, mais passons une seconde fois.

Là, Facebook et ses copains se sont donné les moyens de leurs ambitions.
Ils ne sont clairement pas là pour rigoler. Tout est pensé. Les plus grands esprits sont là, au service de cette nouvelle vision du monde.

Ne nous attardons pas sur les détails et sur les modalités economico-technique (qui sont pourtant HYPER interessantes) pour nous pencher sur les raisons qui ont poussé à ce que cette idée germe chez ces gens-là.

Imaginez la scène lors d’une réunion à Menlo Park:

– Comment on pourrait augmenter le CA de Facebook ?
– On devrait augmenter le nombre d’utilisateurs.
– 2.4 Milliards d’utilisateurs, soit quasiment 100% de la population en âge d’utiliser Facebook, dans le monde.
– Merde. Alors, augmentons le nombre d’annonceurs.
– Pareil.
– Alors, aidons les gens à créer des entreprises pour qu’elles puissent communiquer sur Facebook.
– Les banques n’accordent pas suffisent de prêts pour la création d’entreprise.
– Les connes… Alors, créons notre propre banque et prêtons à tours de bras.
– Les banques centrales vont venir nous casser les couilles si on fait ça.
– Alors passons-nous de ces banques centrales qui vivent encore au 19ᵉ siècle.
– Heuu Zuck, mais comment on va faire avec l’argent ?
– Hold my beer…

* Vertige *

One currency to rule them all.

· Naviguez ·
« Articles plus anciens ·