Alban JAMESSE

Alban JAMESSE
Responsable E-commerce

#ecommerce, #internet &Co

   

Tombé dans le commerce tout petit, puis dans l'internet un peu plus grand;
Je fais du e-commerce activement depuis 2008.

Découvrez mon CV
En français - En anglais

Contactez moi
+33(0) 687.007.697


Votre message a bien été envoyé.

Votre message N'A PAS été envoyé.
Un problème est survenu. N'hesitez pas à me contacter par un autre moyen.

Ecommercemag c’est fini pour moi

Ecommercemag c’est fini pour moi

Je suis abonné depuis des années à ecommerce magazine (et Markeing Direct et Marketing magazine avant ça), mais cette année c’est fini, je ne me réabonnerais plus.

Je ne me réabonnerais plus pour plusieurs raisons :

Sur les deux dernières années, j’ai rencontré plusieurs problèmes de livraison.
À deux reprise au moins je n’ai pas reçu mon numéro.
Et comme on ne connait pas bien la date d’expédition, on ne sait pas trop quand se plaindre.
Il faut leur laisser que quand on les contacte, les personnes sont aimables et le traitement rapide.

Parlons plus précieusement de la date d’expédition.
À plusieurs reprises ces dernières années, j’ai pu me procurer sur des salons ou événements (offerts, l’abonné paye lui), comme le Salon du ecommerce, le dernier numéro de ecommerce magazine des semaines avant de le recevoir à domicile.

C’est un problème global de la presse, aujourd’hui on est tous sur Twitter, les infos on les a en direct, problème d’autant plus épineux pour un magazine bimestriel.

Attendre la parution papier pour savoir qu’Amazon va proposer le paiement en 4 fois en collaboration avec Cofidis, c’est risquer de se faire spoiler l’affaire une paire de fois, voir même d’avoir le temps de l’oublier, avant de recevoir le magazine.

J’attends d’un magazine professionnel des articles concis pour une compréhension la plus rapide possible (ce que je retrouvais dans Marketing Direct à l’époque).
Mais j’ai l’impression, qu’aujourd’hui ils tentent de vendre du papier.
Il reste cependant pas mal de petit articles, mais remplis de buzzword. Une fois l’article lu, vous l’avez déjà oublié.
Je l’avoue dans les derniers numéros, je n’ai lu et retenu que les brèves : Des infos en une phrase.

Sur leur site internet c’est pareil.
Des articles à rallonges, où l’on pèse le pour (apprendre/découvrir quelques chose) et le contre (passer 10 minutes) avant de se lancer dans la lecture.

Exemple l’article « Le packaging des produits frais, grand oublié de l’expérience client » 754 mots résumable en 28.

En ecommerce, le packaging est une pièce maîtresse de l’expérience client.
Dans le domaine des produits frais c’est un point à travailler pour faire la différence.

(28 mots, 138 caractères, ça aurait tenu sur l’ancienne version de Twitter. Et j’aurais pu faire encore plus court.)

Je n’ai pas vendu de papier, mais j’ai fait gagné du temps à des milliers de personnes qui bossent dans le ecommerce.
Si je paye c’est pour gagner du temps.

Melvyn me dit que les articles à rallonge c’est pour le référencement.
Ici on parle d’infos, et je trouve qu’il n’y a rien de plus énervant quand on fait une recherche sur Google, que de tomber sur des articles d’il y a 7 ou 8 ans.
Si c’est la vraie raison de la taille de ces articles c’est encore moins recevable.

Duperie de Twitter ou faille de sécurité ?

Duperie de Twitter ou faille de sécurité ?

Twitter c’est un peu chez moi, j’y suis depuis 2007 c’est pour ça que j’y suis @Alban,  j’en suis (petit) actionnaire, et donc tout ce qui touche Twitter me touche un peu;
Je voulais même en devenir CEO avant le retour de @Jack 😉.

Et hier je sais pas pourquoi, Twitter a décidé de me faire un coup de tête balayette.
C’était hier, mais j’en suis encore secoué.

Hier j’ai reçu un email de relance de Twitter (comme en reçoivent des dizaines par semaines les comptes non actifs) adressé à un compte que j’avais créé pour un projet qui ne s’est jamais fait.

D’habitude je n’y prête pas attention, je supprime manuellement quand mes règles Gmail n’ont pas fait le job, mais là le sujet disait « Alban JAMESSE a partagé « Hostels Worldwide – Online Hostel Bookings, Ratings and Reviews »« .
Le seul compte Alban JAMESSE, c’est mon compte @Alban.
Je ne connais pas ce site.

WTF !!

Etant confiant dans Twitter, je me précipite sur mon compte pour voir si l’email dit vrai, car avec mon pseudo, mon compte est régulièrement attaqué (tout comme sur Instagram).
Ouf, mon compte est safe.
Je suis allé voir dans mes archives perso si j’avais un jour, peut être il y a plusieurs années, publié un truc à propos de ce site, mais rien.

Alors là, gros doute.

Après réflexion nocturne, je suis arrivé à 2 solutions :

Si c’est la première solution, j’applaudis les growthhackers qui ont trouvé le concept. C’est salle, mais c’est beau.

Si c’est la seconde solution… c’est grave.

J’ai relu les TOS et les RULES, je sais très bien que Twitter a tous les droits sur mes publications, mais je n’ai pas souvenir d’avoir accepté, à aucun moment, que Twitter puisse m’attribuer ou me créer des publications !
On est à la limite de l’usurpation d’identité à mon sens.

On aurait fait quoi si j’avais travaillé chez Booking.com et que ce message aurait été adressé à un membre de l’entreprise ?

Encore plus grave;

On aurait fait quoi si ce message aurait parlé politique et été attribué à un dissident sur la sellette dans un pays où les droits de l’homme seraient inexistants ? Comme le défend le header du compte de Damien Viel le DG de Twitter France.

J’aimerais donc, mais vraiment beaucoup, qu’il y ai une enquête* chez Twitter pour qu’on puisse apporter une réponse à ce dysfonctionnement.

* Je ne touche pas à mes applications autorisées en attendant si les investigations mènent par là-bas.

Gagner (ou perdre) de l’argent avec les taux de change gratuitement

Gagner (ou perdre) de l’argent avec les taux de change gratuitement

J’avoue que le titre fait un peu putaclic, mais c’est vrai.

Depuis maintenant plus d’un an j’utilise les services de la fintech anglaise Revolut.
Revolut c’est le gros concurrent des allemands de N26. À lire l’article de la Tribune sur Orange bank, on apprend que Revolut aurait 150k clients en France et 900k dans le monde.

Revolut c’est un compte bancaire gratuit avec une carte bancaire qui a un très gros avantage quand on paye en devise étrangère : le taux de change appliqué est le taux de change interbancaire en direct.
En d’autre mot quand t’es à Stockholm en Suède, ou à Bâle en Suisse, tu as le meilleur taux de change possible, en direct.

L’application propose aussi d’avoir un compte bancaire en devise.
Ainsi on peut faire cohabiter sur son compte des Livres, des Euros, des Dollars, … (aujourd’hui Revolut prend en charge 25 des plus grandes devises comme devise de compte).

Et on peut changer tout ou partie de notre solde de compte en une autre de ces 25 devises à n’importe quel moment.

Donc si vous sentez que le Dollars hongkongais va prendre de la valeur dans les minutes à venir (grosse infos à la télé par exemple) échangez rapidement quelques euros (dizaines ou centaines si le cœur vous en dit) en cette devise et suivez l’affaire en direct et rebasculez en euros pour assurer votre gain.

En résumé c’est un petit Forex, sans souscrire à un abonnement chez un Broker, pour pas un sous.

J’aimerais beaucoup savoir ce qu’en pense @Dauran.

· Naviguez ·
Avant ·